Covid Safe Ticket : quelles conséquences pour les ASBL wallonnes ?

Publié le 28 septembre 2021 dans Covid-19


Source : monasbl.be

Le gouvernement wallon a décidé de suivre son homologue bruxellois, en généralisant l’application du Covid Safe Ticket à partir du 1er octobre. Il est donc primordial que toutes les ASBL wallonnes se familiarisent avec ces nouvelles mesures.

Quels secteurs seront d'office concernés par le Covid Safe Ticket ?

Les activités des secteurs suivants seront obligés d’appliquer le Covid Safe Ticket, quelle que soit la jauge :

  • Les dancings et discothèques 
  • L’horeca (à l’exception des terrasses où les règles existantes restent en vigueur) 
  • Les hôpitaux, maisons de repos et maisons de repos et de soins 
  • Les centres sportifs et les centres de fitness (ne concerne pas le sport en extérieur en dessous de 200 personnes)

Et si je veux organiser un évènement culturel pour mon ASBL ?

Pour certains évènements invitant plus de 50 personnes en intérieur et 200 personnes en extérieur (en dessous de ces jauges, le CST peut être utilisé sur base volontaire), les ASBL seront aussi obligées d’appliquer le Covid Safe Ticket. Les secteurs concernés sont :

  • Les foires commerciales et congrès
  • Les établissements du secteur culturel, récréatif et festif ; 
  • Les évènements de masse.

Qui devra présenter leur Covid Safe Ticket lors de ces événements ?

Le Covid Safe Ticket sera nécessaire pour tous les citoyens à partir de 16 ans, à l’exception des visiteurs des hôpitaux, des maisons de repos et des maisons de repos et de soin et les participants aux évènements de masse, pour lesquels le CST sera requis à partir de 12 ans

Jusqu’à quand sera-t-il en application ?

Ces mesures seront d’application jusqu’au 31 décembre 2021 mais le gouvernement wallon n’exclut pas la possibilité de les lever si le taux de vaccination et de reproduction du virus s’améliorent en Wallonie. Notez également que ces mesures sont une base minimum qui s’applique partout en Wallonie. Néanmoins, les bourgmestres restent compétents pour prendre des mesures plus restrictives s’ils considèrent que la situation sanitaire le nécessite.